lundi 30 janvier 2017

Mes premiers essais de teinture #1

Motivée par le projet de récupération de l'alpaga du gilet CDC trop petit dont la couleur de laine m'avait lassée, je me suis initiée à la teinture de fil d'après des recettes trouvées sur le net.


J'ai tenté un dégradé dit gradient et deux speckles dans trois qualités de fil issues de mon stock : 600 m de mérinos Fonty d'un gris terne, 400 m de mérinos turquoise de BDF reste d'un ouvrage, et les fameux 800 g d'alpaga détricotés.


Les préparatifs et le matériel


J'ai suivi trois procédures différentes, pour approcher ces fils nuancés dont je raffole, en utilisant le minimum de matériel possible.


- deux pots en plastique (des bacs d'enduit propre)
- 2 cuillères sacrifiables
- des sacs congélateurs
- du cellophane
- 2 pigments Jacquard Acid 624 turquoise et 637 gun métal
- du vinaigre blanc
- des gants de ménage (épais)
- un rouleau d'essuie-tout
- une cocotte pour la cuisson

Il ne faut pas utiliser des casseroles de cuisine. Pour contourner la contrainte puisqu'il s'agissait de test, j'ai opté pour une cuisson au bain-marie en plaçant mes écheveaux en papillote dans des sacs congélateurs doublés, eux-même placés dans un bac en plastique rempli d'eau puis dans la cocotte remplie d'eau pour éviter les transferts.

Le dégradé (gradient) en 10 étapes


Il y a plusieurs techniques pour obtenir un gradient. On peut décider de partir d'un tube de fil tricoté à teindre par capillarité ou essayer la technique de l'absorption d'une pelote, ce que j'ai fait.


Etape 1 : élaboration de la pelote ronde et régulière, à la main, ni trop serrée, ni trop lâche...Tout un art !
Etape 2 : plonger la pelote dans une eau tempérée avec du vinaigre (1/3 de vinaigre pour 2/3 d'eau) en pressant dessus pour qu'elle soit imbibée à coeur. Dans cette expérience, elle a trempé pendant trois heures.
Etape 3 : préparation du jus avec les deux pigments Acid Dye. Alors là, j'ai fait au pif, cherchant une teinte que j'aimais bien dans un ton bleu soutenu à l'aide d'essuie-tout pour rendre compte de la couleur.
Etape 4 : essorage de la pelote pour être placé dans le bac de teinture en pressant dessus pour la faire s'imbiber au maximum. Le bain a duré le temps d'une balade au bord de la mer.
Etape 5 : essorage et emballage de la pelote dans deux sacs congélateurs en vu de la cuisson. 
Etape 6 : La pelote en sac a été cuite au bain-marie dans un contenant en plastique rempli d'eau tempérée, lui-même placé dans la cocotte remplie d'eau tempérée pour la cuisson qui démarre à une température neutre pour durer 20 minutes décomptées à partir du bouillon.
Etape 7 : Laisser refroidir
Etape 8 : Déballer le paquet. A la pression, il ne doit sortir que de l'eau légèrement colorée.  Une fois essorée, je l'ai remise en écheveaux entre deux chaises pour faciliter le lavage et me rendre compte du résultat.
Etape 9 : lavage à l'Eucalan avec une pointe d'huile essentielle (parce que l'odeur de la teinture n'est pas très agréable)
Etape 10 : Le séchage.


La couleur a bien pris, mais la teinture a eu du mal à progresser au coeur de la pelote qui contenait 600 m de fil.


Si c'était à refaire

A considérer qu'un châle d'envergure se tricote avec 800 m de fil, il est difficile de faire progresser la teinture à coeur et de maîtriser la proportion à atteindre. Je tenterai bien un procédé de teinture par tiers en faisant des jonctions à la seringue.

Le speckle sur l'alpaga


L'objectif était de changer la couleur du fil de récupération pour obtenir une tonalité plus foncée, entre le bleu et le gris anthracite en supprimant la nuance verte.


Etape 1 : la mise en écheveaux doit être très soignée. Les liens lâches sont placés à 4 endroits, en faisant des 8 ou des croisements et des noeuds bien solides.
Etape 2 : Plonger les écheveaux dans une eau tempérée avec 1/3 de vinaigre.
Etape 3 : Préparer un jus de teinture plus foncé que le fil.
Etape 4 : baigner les écheveaux essorés dans le bain de teinture.
Etape 5 : les écheveaux ont été étalés sur un cellophane, imbibés de teinture plus concentrée.


Etape 6 : cuisson de 20 minutes en papillote et sac congélateur.



Etapes 4-5-6 bis : après refroidissement, j'ai déballé les sachets et trouvé que la teinture laissait encore trop de place au vert. Les écheveaux ont alors été replongés dans un bain gris anthracite pendant une nuit, remise en sachet le lendemain puis en cuisson pendant 30 minutes.

Un second refroidissement plus tard, les écheveaux ont été lavés dans une eau avec une cuillère d'Eucalan additionné d'une cuillère de soin pour les cheveux pour adoucir le fil.

Le résultat 

La couleur révélée au séchage était plus homogène mais nuancé dans une tonalité serrée, ce que je cherchais à faire. Le fil n'a pas feutré puisque la cuisson, les lavages et rinçages ont toujours démarré sur une température neutre. En revanche, il était plus complexe de teindre de manière cohérente la totalité des écheveaux avec la méthode utilisée.


Si c'était à refaire

Cette expérience m'a donné de nombreuses idées, me convaincant de tenter une prochaine fois :
  • d'utiliser une casserole 15 l dédiée à la teinture pour permettre une cuisson d'une plus grande quantité de fil dans un même jus
  • de réaliser une teinture uniforme pour retirer la couleur gênante ou donner une base
  • de réaliser des nuances dans un second temps en saupoudrant de manière aléatoire les pigments les plus foncés et en les laissant infuser dans le fil humide avant de cuire.

Le speckle sur mérinos


J'ai cherché à explorer l'effet de la teinture par saupoudrage avec deux pigments.


Etape 1 : mise en écheveaux soignée.
Etape 2 : trempage des écheveaux dans une eau tempérée avec 1/3 de vinaigre. 
Etape 3 : Essorage moyen des écheveaux, puis placé dans un plateau.
Etape 4 : Les pigments sont saupoudrés. Ils se sont diffusés aléatoirement dans un premier temps, harmonisé par pression.
Etape 5 : Cuisson au bain-marie dans des sachets congélateurs pendant 20 minutes à compter du petit bouillon.
Etape 6 : laisser refroidir avant de laver à l'Eucalan additionné d'huile essentielle.


Le mouchetage est très nuancé. Le fil est doux comme à l'origine.


Si c'était à refaire
  • Utiliser les pigments purs qui me servait à faire des patines
  • Essayer avec des pigments de différentes couleurs

... Bref, j'ai chopé le virus !



Il est dit que l'été prochain sera coloré ou ne sera pas ! Jouer aux petits chimistes est passionnant, similaire au plaisir ressenti lors de la patine de mes sculptures. Poser les couleurs, chercher des nuances ou des effets. Cela m'a probablement manqué.

J'ai plein d'idées et me lance dans l'élaboration d'un cahier de recettes à tester avec une grosse envie : de faire un stage de teinture pour comprendre l'idée de concentration pigmentaire et somme de petites choses qui font gagner du temps en les apprenant.

Intéressée par vos expériences, vos conseils, références de livre, je suis à l'affût : laissez-moi donc un petit commentaire ici ou... sur Instagram 😊

2 commentaires:

  1. Il y a des pros mais pas moi, ce n'est vraiment pas mon truc!
    Et ensuite au lavage, tu vas faire comment?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. comme habituellement :) Cela ne dégorge pas plus qu'un fil du commerce.

      Supprimer